Les décalés

Poème sur le feu

6.1.17

Poème sur le feu - Humour - Poème satirique - Adultère - Couple - Expressions culinaires et Argotiques - Oulipo - Concentré poétique

Y en a parfois qui s’font des films
Et que l’on prend pour des navets
Y en a qui ont l’cœur qui s’abîme
Et d’autres qui s’font toujours griller

Y en a parfois qui font l’poireau
Avant d’passer à la casserole
Et qui se chopent dans le frigo
Champignons et petite vérole

Y en a qui sont prises pour des nouilles
Qu’on ramasse à la p’tite cuillère
Tout ça à cause d’une andouille
Qu’a p’t-être commis un adultère

Y a celles qu’on roule dans la farine
Qui s’mettent la rate au court-bouillon
Y a les bonnes pâtes qui te cuisinent
Et celles qui te collent un marron

Les décalés

Alchimie

5.1.17

Poème - Alchimie - Amour - Cuisine - Maïté - Argot - Oulipo - Concentré poétique
On m’avait dit depuis toujours
De me lancer dans la cuisine
Qu’il fallait pour trouver l’amour
Que je maîtrise la discipline

Alors un jour, j’me suis lancée
J’ai déchiffré une recette
Dans le grimoire de Maïté
Tous les secrets de la blanquette

Tout allait bien, je vous assure
Un peu de crème en alchimie
Un cube de bouillon en murmure
J’devenais maître en sorcellerie

À l’heure de la dégustation
Sur la trombine d’mon prétendant
Y avait un air de déception
Coincé en travers de ses dents

Faut dire qu’ça suintait le vinaigre
Que j’avais pris pour du pinard
Et pourtant malgré le goût aigre
Ça s’est terminé au plumard

Les décalés

Point zéro

4.1.17

Poème - Point zéro - Poème satirique - Télévision - Programme TV - Argot - Oulipo - Concentré poétique
Rivée d’vant l’poste de télé 
J’ai l’encéphale au point zéro 
Depuis qu’j’ai l’câble raccordé
J’crois bien qu’j’ai perdu le réseau

 J’ai les neurones fossilisés
Qui s’cramponnent à mon p’tit écran
Et l’cogito mal emboîté
Dès qu’j’tombe sur un divertissement 

J’ai pourtant bien réglé l’canal 
Depuis, ça fait un court-circuit
J’crois bien qu’y a plus d’jus dans l’bocal
Y a l’récepteur qui sent l’roussi  

Et si j’me rallume un instant
Quand j’débranche la télévision
Y a des cellules de fromage blanc
Qui restent collées au plafond

Les décalés

La complainte de la brosse à dents

4.1.17

Poème - La complainte de la brosse à dents - Poème satirique - Solitude - Vieillesse - Argot - Oulipo - Concentré poétique

Congédiée dans un verre à dents
Regardez-moi, j’n’ai pas l’air "fine"
J’ai même le crin qui fait grise mine
Qui frise un peu sur le devant

Faut dire qu’des quenottes j’en ai vu
Des blanches, des jaunes, des métalliques
Des vraies, des fausses en céramique
Des couronnées et souvent des tordues

Et même si je n’peux plus servir
Je n’veux pas finir dans l’cirage
Cirer des pompes ou le carrelage
Brosser des cloches pour les faire luire

J’ai parfois l’air ratatinée
C’est vrai, j’n’ai pas très fière allure
J’attends pourtant malgré l’usure
Que quelqu’un me donne un baiser

Les décalés

La bestiole

2.1.17

Poème - La bestiole - Poème satirique - Insectes - Cafards - Argot - Oulipo - Concentré poétique
Courtisant tes semelles
Sous mon air déglingué
J’ai l’allure rebelle
Et je cours sous tes pieds

Je n’me trouve pas si moche
Pourtant à chaque fois
J’ai un peu les pétoches
Que ton soulier me broie

Si t’as l’âme meurtrière
Avant que j’me débine
Sache qu’un p’tit goût amer
Frôlera tes narines

Alors réfléchis bien
Avant de me tuer
Parce que même à la fin
Je remonte par le nez !

Introduction

> Bienvenue !

1.1.17

Ma petite production de poèmes potagers...

Ici, les mots s'amusent ! Découvrez quelques poèmes des recueils "Le gribouilloire" et "A little décalé", des "Fragments minuscules de la vie ordinaire", des poèmes à "L'encre brume", des "Poèmes à grignoter", un peu de "Swing", "La vie carabosse en bosses et contrebosses" ainsi que des recueils et revues "À découvrir"...


En guise de bienvenue sur ce blog de poésie pas très conventionnelle, voici en exclusivité, la recette du CONCENTRÉ POÉTIQUE en petites rimes tordues et autres poèmes indéterminés...


Ingrédients

    • 500g de mots à décortiquer
    • 1 petit sachet de rimes tordues
    • 300g de poésie sans sucre ajouté
    • 1 bourrichon d’idées en vrac
    • 4 cuillères à soupe de jus de citron
    • 1 p’tit grain de folie
    • 1 mauvaise graine (pas trop dure)
    • 2 pincées d’humour
    • 1 zeste de fantaisie

    Préparation


    1. Décortiquer les mots de tous les jours.
    2. Dans la calebasse, faire fondre les mots givrés et le bourrichon d’idées en vrac jusqu’à obtenir une mousse légère.
    3. Ajouter le petit sachet de rimes tordues, le jus de citron, la mauvaise graine et le p’tit grain de folie.
    4. Incorporer tous les mots (de préférence sans coquille).
    5. Mélanger la préparation et laisser mijoter quelques heures à feu doux.
    6. Recouvrir le carafon de poésie.
    7. Ajouter un zeste de fantaisie et un soupçon d’humour. 
    8. Laisser dorer 25 minutes jusqu’à ce que le concentré poétique soit bien gratiné.
      Servir chaud…
    Bonne dégustation !
    Bénédicte

                                                                 

    Poésie à partager sans modération !

    Daruma - Concentré poétique

    © Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


    “ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




    ...POUR LECTEURS DISSIP
    ÉS ”