Le souffle du progrès

26.11.17

Le souffle du progrès - poème disjoncté - Souffleur - Argot - Oulipo - Concentré poétique

Il paraît qu’on n’peut pas arrêter le progrès
Ah ça, il nous insuffle plus d’une idée soufflante
Et au coin de la rue, je l’ai vu arrivé
En soulevant des feuilles en progression bruyante

Pour traquer un papier, il se met sous tension
En mode intensif, expert en ronflement
Retourne la chaussée en mettant la pression
Devant le pavillon et jusqu’à mon tympan

Si d’autres inventions ont révolutionné
Mes grasses matinées, tous les dimanches matin
Quand passe le voisin pour tondre sous mon nez
Durant de longues heures, son carré de terrain

Cette grande innovation est sans comparaison
Puisqu’elle change la vie de nombreux techniciens
Et tape sur le système à toutes les saisons
De pauvres arriérés qui n’y connaissent rien

Or si les temps passés ne payaient pas de mine
Et qu’il est conseillé de vivre avec son temps
Je dois bien avouer qu’un p’tit truc me chagrine
Et me fait regretter l’balai de grand-maman

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  1. J'ai le même, en fait j'ai les mêmes, il sont toute une bande ! CC ou ML

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'enfin Clair ! Vous n'allez pas vous y mettre !!! ;-)

      Supprimer
  2. Coucou Bénédicte, suis arrivé jusqu'à la fin non essoufflé grâce à ton souffle anti soufflements & souffleries et je signe des deux mains (une à la fois pour ne pas lâcher le manche !) en faveur du balai de toujours, bon balai suscitateur pendant les pauses de contemplations pré-poétiques.
    Merci pour ta joie d'écrire qui me chatouille les zygo ! Je t'embrasse, continue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Clément !
      Ah oui ! Un bon coup de balai pour chasser ces souffleries intempestives (ou alors des boules Quiès... ça marche aussi...)
      et rêvasser entre deux feuilles ! Bisous ! :-)

      Supprimer

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”