"Porteur Silence" de Clément G. Second

7.12.17

Porteur Silence de Clément G. Second - Concentré poétique
Rendez-vous avec le sublime recueil de Clément G. Second : "Porteur Silence" aux éditions Unicité, un recueil qui porte loin, très loin, jusqu’au silence. 

"L’exactitude est au demi-mot près, à son silence" 

Tout ce qui n’est pas dit, laisse entendre le plus beau d’un "entre-mots" lumineux et clairvoyant.

"Le nom chiffré de l’inutile est poésie"

Ce recueil transporte jusqu’à "la ligne des limites" où les mots ne sont plus des mots mais des notes de musique glissées entre les pages. Des accords de blanc et d’encre où les mots "démêlés du silence" murmurent "le regard du vent". "Porteur Silence" évoque plus qu’il ne dit. Et pourtant, il révèle bien au-delà…



      La Beauté s’arrête, à demi tournée :

      – Tu ne connaissais pas mon dernier langage ?

      Plisse enfin les yeux, creuse ton oreille !

      Car je suis ce rien qui, ajouté au reste,
      en se jouant excède le chaos.
   
  Clément G. Second – "Porteur Silence"

 

      Au sombre du sombre, la clarté,
      si de sa profondeur et légèreté
      n'émane aucune danse
      d'accord pour s'effacer pourvu qu'on la répande.
   
  Clément G. Second – "Porteur Silence"

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  1. Chère Bénédicte, je fonds... Doublement ému : d'être par tes soins à la une du Concentré Poétique (on en se sent jamais, moi en tout cas, digne de cela) et d'avoir en toi une lectrice qui a tout compris du recueil, et qui, voulant le faire connaître, le fait avec des mots d'une vibration de très haute fidélité. Je te remercie de cœur de ton cadeau précieux. Je t'embrasse bien fort. Je garderai en moi, à l'épreuve du temps, cette bénédiction venue de Bénédicte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Porteur Silence" est superbe ! Beaucoup de finesse et d'émotions à travers ce recueil...(J'espère seulement ne pas trop avoir dénaturé tes mots...) Ce recueil est une merveille et mérite tellement plus encore !!! Bizzz

      Supprimer
  2. "– Tu ne connaissais pas mon dernier langage ?
    Plisse enfin les yeux, creuse ton oreille !
    Car je suis ce rien qui, ajouté au reste,
    en se jouant excède le chaos."


    J'adore j'adore j'adore. Quelle mignonnerie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mignonnerie" n'est sans doute pas le terme que j'aurais employé mais ouiii... Simplement superbe !!! <3

      Supprimer

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”