Palpitations

8.1.18


Fragment n° 03 - Concentré poétique - lézard - soleil - haïku - poème illustré - dessin poétique


Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  1. Une composition en quatre fragments : trois poétiques et un graphique, et la centralité de celui-ci, qui figure en finesse et vérité le lézard, se renforce du fait que, si l'animal n'est pas directement nommé (très judicieuse option à mes yeux), les trois textes s'y rapportent,ramènent l'attention vers lui, non sans une certaine étrangeté, un décalage bienvenu relançant l'intérêt. On n'est pas dans la redondance mais dans une évocation subtile , avec par exemple le verbe lézarder transitif direct et le "transfert de peau" au soleil, ce qui rompt avec des clichés habituels et introduit à d'inédits possibles. L'ensemble, d'emblée m'a fait rêver, d'une songerie en étoile me faisant passer d'un élément à d'autres, car il laisse au lecteur du jeu imaginatif, ne ligote pas sa découverte. Une réussite. Pardon pour la longueur de ce commentaire. Bravo et Merci, Betty !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Clément ! Très touchée par ton long commentaire !!! Bon, je dois m'accrocher à mon stylo, alors... Bizzz

      Supprimer
  2. J'aime autant le poème que l'analyse de Clément. Gros coup de cœur pour le dernier fragment "il lézarde la peau rugueuse du soleil". Peut-être est-ce une figure de style dont j'ignore le nom, mais très jolie inversion.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”