Obscurité

23.5.18

Obscurité - L''encre brume - Concentré poétique - poème graphique - J'ai gratté les fissures de ton front livide, jusqu'à l'obscurité -

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  1. ... Et tu as tellement bien fait : grattage porte-chance libératrice ! :)) L'incertitude sur l'après de ce geste tient en haleine : rôle participatif du lecteur, chez qui ça travaille sous les fissures ! Des bizzz matinales. Clément

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ! Un peu noir, tu ne trouves pas ? Bizzz à toi ;)

      Supprimer
  2. Clair Charpentier23 mai 2018 à 12:08

    Du lit vide aux ténèbres, mais toujours des fissures... Est-ce que la mélancolie se gratte comme une vieille peinture ? Les mots sont beaux si la phrase est triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et combien de toiles blanches faut-il gratter pour entrevoir l'obscurité... le gouffre immense où se jettent nos pensées ? Bizzzz Clair !

      Supprimer

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”