Au bord des mots

5.6.18

Au bord des mots - Concentré poétique - poème graphique - Le vent hurle à l'infini pour s'échouer au bord des mots  -

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  1. Après la tension menaçante du précédent, ce nouveau poème souligne le paradoxe, exprimé par le couple antagoniste « hurle à l’infini » - « s’échouer au bord », d’une intensité négative de portée maximale pourtant rendue impuissante ici même, sur le lieu où prend corps la parole. La raison suggérée en est la présence des mots, dont la mise en valeur déjà prégnante antérieurement à plusieurs reprises ne peut que retenir la lecture... Est-elle pour autant assimilée à une supériorité décisive ? Si « s’échouer » est faiblesse, épuisement, « au bord » semble pointer une situation-limite n’excluant pas la permanence d’un danger. Ainsi, sous l’évolution de l’angle d’évocation d’un Embrumé à l’autre, demeure une charge dramatique potentielle. Que va-t-il en être à la suite ??? Attendons ... Bizzzz ! Cl

    RépondreSupprimer
  2. Oui, comme un naufragé au bord des mots... son île, son refuge... Bzzzz

    RépondreSupprimer
  3. Michel Lombardo6 juin 2018 à 21:33

    Mais les mots, eux, échouent au bord des lèvres... et je ne saurez dire mon admiration...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! Merci beaucoup Clair ! (Eh voilà ! Maintenant, je m'encoquelicote...)

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”