À pic

2.6.18

À pic - L'encre brume - Concentré poétique - poème graphique -Tu sens un gouffre amer se déchirer à pic -

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  1. ...Poème constitué d'un alexandrin ! Ampleur... Les deux verbes de rapport au monde (perceptif "Tu sens" et actif "se déchirer)ont place au début de chaque hémistiche , et le vertigineux à la fin de chacun(avec précision progressive de "gouffre amer" à "à-pic"). Voilà donc un vers-poème très structuré dans un équilibre en devenir, qui n'a plus besoin que d'une connotation pour assurer sa tonalité décisive : la lui donne cet "amer" (qui peut renvoyer aux "gouffres amers" du prégnant "Albatros" baudelairien)à la fois physique (la saveur du sel)et psychologique (le tourment). Ah je ne suis pas en train de supposer que tu as "fabriqué" ainsi le texte comme un mécano, car ton inspiration te l'a dicté. Seulement qu'elle s'est mise en mots de manière superbe et sûre, souvent ainsi lorsque le Souffle est là. Bon, à présent j'oublie ce que j'ai écrit et relis le poème... Beau !! Bizzzz Cl

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! C'est certain... rien de tout ça n'est "prémédité" ! Assurément, je fonctionne à l'instinct. Ton analyse est très intéressante et me permet de comprendre un peu mieux la structure poétique ! Mille mercis pour ton attention particulière à mes textes/poèmes ! Ça me touche beaucoup ! Bizzz et belle soirée à toi, Clém !

      Supprimer
  2. Michel Lombardo3 juin 2018 à 11:54

    Ah, ce gouffre de blogspot ! S'y égarent tous mes mots ! Assis au bord de la falaise, c'est un bel à-pic pour jouir du vertige !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clair ! (Encore désolée pour vos commentaires...)

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”