Zapping

25.10.18



Dans le zapping de la vie, le vide est à portée du regard. Les bribes du néant nous sautent à la face. C’est comme si on tentait de se raccorder aux fracas du monde par piquouzes de pubs injectées entre une catastrophe et une médaille, l’horreur et les honneurs, la médiocrité et l’excellence… en confusion de rires et de larmes, de cris, de sang, de sueur. On finit par se perdre dans la grande cacophonie télé-programmée. Le monde se décompose à l’écran comme un fruit pourri qu’il faut digérer. Et on finit par en rire. On rit pour ne pas pleurer.

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

© Bénédicte Rabourdin - All rights reserved. Fourni par Blogger.


“ POÉSIE BUISSONNIÈRE...




...POUR LECTEURS DISSIP
ÉS ”